Ail des ours

Ail des ours, facile à cultiver en zone ombragéeAil des ours, ail sauvage, ail des bois !

L’ail des ours est une plante condimentaire, une plante aromatique qu’il est facile de trouver à l’état sauvage. Quand elle se plait au jardin potager, elle peut atteindre les 40 cm de hauteur, voir un peu plus. Elle reste en place de nombreuses années et se développera largement. Par contre à sa suite pas d’alliacées !
L’ail des ours produit des fleurs blanches, bien dessinées à 6 pétales ovales et pointus. Elles sont regroupées et forment une inflorescence en boule au plus beau moment de sa floraison.
En cuisine, rien ne se perd avec l’ail des ours, dont on mange les fleurs, les boutons floraux, les feuilles, et jusqu’au bulbe ! Un peu comme le câprier, l’ail des ours est beau et bon à la fois !

Nom botanique :

• Allium Urisinum

Type de plante :

• Cycle : Plante bulbeuse vivace.
• Famille : Liliaceae, Liliacées (Amaryllidaceae depuis 2009)
• Feuillage : caduc
• Enracinement : Bulbe
• Origine : Asie
• Rusticité : Plante rustique
• Port : Feuillage retombant
• Rotation des cultures : La plante reste en place.
• Exposition : Ombragée (soleil le matin)
• Plante mellifère : Oui

Nutrition et santé :

• Santé & nutrition : Antiseptique, dépurative, diurétique, stimulante, tonique, vermifuge…
• Vitamine : Riche en vitamines C et B et contient une huile essentielle.
• Sels minéraux : Calcium, cuivre, fer, magnésium, manganèse, phosphore, potassium, soufre, zinc
• Rotation des cultures : L’ail des ours peut rester en place une dizaine d’année. Il faudra ensuite ne pas replanter de liliacées pendant 4 à 5 années.
• Toxique : Non
• Plante mellifère : oui, les fleurs permettent la récolte de Nectar et de pollen.

Quel sol pour cultiver l’ail des ours ?

Type de sol : Sol lourd et humifère
Arrosage : Sol frais

Méthodes de multiplication :

Si il est plus facile de cultiver l’ail des ours à partir de bulbilles du commerce, réaliser les semis n’est pas très compliqué, et si vous avez, proche de chez vous, un champ naturel où vous pouvez « prélever » quelques plants…. La division fonctionne également très bien.

• Multiplication de l’ail sauvage par semis
• Multiplication par division

Quand semer l’ail des bois ?

Les semis de l’ail sauvage sont réalisés en pépinière humide, avec deux périodes possibles :
Février : Difficile à réussir car la levée n’est pas toujours une réussite pour cause de température trop basse.
• Mi-juillet : Sous serre humide et ombragée, possible en pleine terre.

Les semis peuvent s’étaler de mi-juillet à mars.

Comment réaliser les semis ?

Sous serre :

• Préparez des godets remplis d’un mélange terreau et terre du jardin.
• Placez 1 ou 2 graines par godet.
• Recouvrez de 15 mm du mélange terre/terreau.
• Tassez et arrosez généreusement.
• Maintenez humide.
• Quand les plants d’ail des ours portent 4 feuilles, c’est le bon moment pour les repiquer, à partir de fin septembre, début octobre.

En pleine terre :

• Privilégiez un endroit de ombragé type sous bois.
• Travaillez la terre sur une hauteur de bêche pour l’ameublir, sans la retourner.
• Ajoutez du compost bien décomposé, le sol doit riche et souple.
• Semez les graines à 1,5 centimètre de profondeur et tassez.
• Arrosez. Le sol doit rester frais.
• La levée intervient généralement dans les semaines suivantes.

Quand et comment repiquer les plants d’ail des ours ?

• Le repiquage intervient généralement à partir du mois d’octobre, quand les plants d’ail des ours portent 4 feuilles.
• Travaillez et amendez le sol de compost bien décomposé, 1 semaine avant plantation.
• Repiquez les plants à 5 ou 6 cm de profondeur exposition mi ombre.

L’info « plantation » du jardinier amateur :
Après récolte, conservez quelques bulbilles avec leur racines pour les repiquer. Généralement dans ces conditions, ils « repartent » très facilement ! 

Comment planter les bulbes d’ail des ours ?

Il pouvez trouver en jardinerie, des plants d’ail des ours en godets, qu’il sera possible de planter à l’automne mais également au printemps. La culture peut se faire directement à partir des bulbes à planter à l’automne.

• Travaillez la terre et amendez-la de compost si nécessaire.
• Placez les bulbes à 5 cm de profondeur.
• Replacez la terre et tassez.
• Arrosez.

Quand diviser l’ail ?

• Automne

Comment multipliez l’ail des ours par division :

• Récoltez des plants d’ail en pleine nature ou dans votre jardin
• Les plants récoltés doivent porter feuilles, bulbes et racines.
• Coupez les bulbes en 2 dans le sens de la longeur en conservant les racines sur les 2 éclats.
• Repiquez les à 5 cm de profondeur, séparés de 15 cm.
Généralement, l’ail des ours reprend sans difficultés…

Quel entretien :

• Arrosage en cas de sécheresse.
• Sarclages éventuels, pas de binage qui pourraient abimer les bulbes.

Récolte :

La première récolte se produit l’année suivante.
• En avril mai, vous pourrez récolter quelques boutons.
• Récoltez les feuilles et les fleurs proche du moment de leur consommation car elles se conservent mal.
• À la même période mais en fin de floraison de fin juillet à septembre.

L’info du jardinier :
L’ail des ours a un cycle assez court d’environ 3 mois. Elle commence à apparaître à la toute fin d’hiver.

Comment conserver la récolte d’ail des ours ?

• Conservez les boutons d’ail dans une recette au vinaigre comme les cornichons… Ou les consommer à peine récoltés !

Rotation des cultures :

• L’ail des ours est une plante vivace par les bulbes, la culture reste en place quelques années.
• À sa suite par contre, impossible de replacer des alliacées.

Quelques variétés :

• Il n’existe que la variété type !

Culture amie 😉 au jardin potager :

• Généralement l’ail des ours est cultivé seul, car d’une part il s’étend fortement et est cultivé à l’ombre mi-ombre.

Maladies et parasites  :

• La plante est peu sensible aux maladies.

Côté cuisine  ?

Les boutons, on l’a déjà vu, conservés comme les cornichons, les feuilles assaisonnerons les salades, les soupes, les viandes… On peut également les utiliser comme les bulbilles d’ailleurs dans les sauces, comme la vinaigrette, ou la mayonnaise…

Fiche rapide :

  • Quelle exposition ?Exposition :
    ombragée
  • Quelle qualité de sol ?Sol :Lourd, frais et humifère
  • Quels besoins en arrosage ?

    Arrosage :sol frais

  • Taille adulte de la planteTaille (h x l) :10 x 30 cm
  • Distance de plantationDistance :
    15 cm
  • Profondeur de plantationProfondeur semis :
    1,5 cm
  • Quand semer la plante ?Semis :
    • Février sous abri
    • Juillet sous abri ou pleine terre
  • Quand planter ?Plantation :automne, octobre
  • Quand récolter ?
    Récolte/floraison :3-4 mois après les semis

10 Comments

  • Claire dit :

    Bonjour,
    J’ai planté de l’ail des ours au jardin qui a très bien pris, mais j’hésite à manger les boutons floraux car c’est peut-être à partir de ceux-ci que se propage la plante, une fois des graines éventuelles ? tombant en terre.
    Me repondriez-vous ? Merci beaucoup

    • Bonjour Claire,
      Je vous réponds… Avec plaisir en plus.
      Merci d’avoir posé cette question et d’être venue nous rendre visite sur jaime-jardiner.com.

      L’ail des ours se propage par les graines et de ce point de vue là, vous avez raison, si vous prélevez tous les boutons floraux du plant d’ail des ours vous perdrez un peu du développement ou de la propagation de votre plante aromatique.
      Néanmoins, une fois en place dans le jardin, votre plant va s’étendre par sa souche bulbeuse. Au bout de 2 ou 3 ans, vous pourrez d’ailleur pratiquer la division, vous trouverez les infos dans la fiche.
      Pour conclure, n’hésitez pas à prélever quelques boutons floraux si votre coeur de cuisinière vous en dit… Mais laissez en aussi quelques-un venir à maturité et qui en fin de floraison relacheront les graines dans votre jardin.
      En ce jour d’élection, c’est mon conseil « à la François Hollande » je ménage la chèvre et le chou 😉 !
      Bon vote si ce n’est déjà fait, bonne soirée électorale, et belles recettes futures aux arômes d’ail des ours !
      À très bientôt, j’espère.

      Daniel.

      • Claire dit :

        Grand merci Daniel pour votre sympathique réponse et vos précieuses indications.
        Petit truc pour les recettes : je fais essentiellement du pesto. Soit nature en utilisant une bonne huile d’olive. Je choisis la qualité « douce » qui n’a pas d’amertume (en boutique bio, la marque Émile Noël propose plusieurs qualités. Celle qu’ils appellent fruitée est très verte et trop amère). Soit en y rajoutant de la poudre d’amandes pour la moitié du poids des feuilles et un peu de sel et poivre.
        Expérience très concluante au congélateur en utilisant un moule silicone qui sert pour les muffins. Une fois que la congélation est prise, le démoulage est facile et je mets les petits blocs dans des sachets.
        Pas de déperdition de goût, ça reste délicieux !

        • Merci pour votre commentaire Claire…
          Il arrive souvent que je fasse des « Pesto like » où les fanes de radis, ou autres ingrédients, viennent ici ajouter un léger goût herbacé, là une note d’originalité, ou même de ma « matière » ou du croquant… Les puristes diraient « ça n’est plus du pesto !! ». Peut-être mais c’est de la cuisine, c’est du goût, parfois même du bonheur. Pourquoi s’en priver ?
          Curieusement, je n’ai jamais pensé à faire un pesto avec l’ail des ours du jardin… Super idée, à tester absoluement !
          Merci pour l’astuce… pour la conservation, pratique, efficace, pour avoir en permanence une touche de pesto sous la main !
          À bientôt Claire et merci pour les utilisateurs de jaime-jardiner.com !

          Daniel

  • Roland dit :

    Bonjour,
    Nous avons un terrain dont une partie est une pelouse et les derniers mètres, plus bas, un sous-bois. Je souhaiterai planter de l’ail des ours dans le sous-bois mais pouvez-vous me dire si celui-ci risque de s’étendre également dans la partie « pelouse »?
    Nous avons décidé de laisser la fin de notre terrain en sous-bois afin de limiter l’entretien et de garder une zone + naturelle. Je débroussaille 1x par mois afin d’éviter d’être envahie par les ronces et les orties. Je pensais à l’ail des ours pour le côté « esthétique » mais également pour son utilité en cuisine.
    Pourriez-vous me donner quelques conseils?
    Merci d’avance.

    Marie.

    • Bonjour Roland,
      Merci de votre intérêt pour jaime-jardiner.com 😉 !

      L’ail des ours est effectivement une plante qui s’étend, parfois rapidement, parfois même elle peut devenir envahissante si les conditions lui plaisent. C’est une plante des terrains ombragés qui correspond bien à ce que vous avait envie de faire au jardin, avec votre zone en sous-bois. L’ail des ours va sans doute « cannibaliser » partiellement d’autres zones du jardin, par exemple une zone ombragée sous un bel arbuste ou grand hosta par exemple en bord de pelouse. En plein milieu de celle-ci, même au soleil, si le sol reste assez frais pendant le printemps, l’ail des ours pourrait se développer, mais cela se ferait de manière plus limitée.
      Je vous conseillerai deux choses, d’une part si vous appréciez l’ail des ours, pour sa beauté et pour la cuisine, plantez-le, mais, mixez-le avec d’autres plantes d’ombre et plantes de sous-bois comme les jacinthes de virginie ou jacinthe des bois, des hostas, des fougères, des heuchères, des dombeyas (moins rustiques), hépatiques
      En fonctionnant dans la diversité, vous limitez le développement et la présence des bulbes d’ail des ours, de fait sa capacité de propagation s’en trouvera amoindrie. Ensuite, dès l’apparition d’un pied à proximité voir dans la pelouse, supprimez-le sans attendre qu’il ne grandisse et se développe.
      Petit conseil de vigilence. Attention au muguet et à la colchique ! Ces 2 plantes, avant que les fleurs n’apparaissent sont différentes bien sûr mais « très semblables » et la confusion reste possible, notamment à cause de la forme et le port des feuilles. Le problème c’est qu’elles sont toutes les 2 très toxiques contrairement à l’ail des ours.
      J’espère vous avoir un peu aidé. Je vous souhaite une très bonne journée et je vous remercie encore !
      Daniel

      • Roland dit :

        Bonjour,

        Merci beaucoup pour conseils.
        Pour une surface de 2000m2, je pensais planter des bulbes mais par multiples petites zones. Savez-vous me dire si il faut longtemps pour avoir un effet de « tapis »?

        Encore merci et bonne fin de journée.

        • Re-bonjour Roland,
          Difficile de répondre avec précision, mais en en plantant suffisamment, l’ail devrait se développer rapidement, déjà d’une année sur l’autre. Puis, la progression sera plus importante, le développement des bulbes accélèrera l’implantation de l’ail des ours s’il s’y plait 😉 !

          • Roland dit :

            Bonsoir,

            Merci beaucoup pour vos bons conseils!
            J’espère que cette plante se plaira bien chez nous afin que nous puissions en profiter.
            Bonne soirée.

            Marie.

Leave a Comment

Captcha-formulaire * Attention, la limite de temps pour la validation du formulaire via le CAPTCHA est dépassée ! Merci de recharger le CAPTCHA.

Google+