Rosier

Rosier rose

Les Rosiers… Les vraies stars du jardin !

Des fleurs, belles avec une grande variété de modèles et de styles, des couleurs… Les Rosiers existent en arbustes,en grimpantsou encore en rampants. Qu’ils soient anciens ou modernes, ils offrent d’énormes possibilités au jardin. Et bien sûr, les Rosiers se distinguent des autres arbustes, des autres fleurs.. par leur parfum si réputé, si caractéristique.

Beaucoup de jardiniers amateurs et professionnels ont succombé à leurs charmes et vouent une réelle passion à ces fameuses Roses.

À propos, n’hésitez pas si vous-même ou quelqu’un que vous connaissez cultive ce « péché » à nous en faire part, pour nous permettre d’aller à votre rencontre et à la découverte de votre trésor du jardin !

Nom botanique :

Rosa

Type de plante

• Cycle : Vivace
• Rusticité : plante rustique
• Feuillage : pérenne
• Famille : Rosaceae – rosacées

Particularité

Résiste au grand froid : -30°C

Avantages au jardin

Comment décrire les avantages du Rosier – des Rosiers – tant nombreuses sont les variétés. Le rosier, des qualités en a : des qualités esthétiques, notamment grâce au grand nombre de variétés, le dessin des fleurs, les couleurs, la longévité de l’arbuste… Mais l’atout principale des rosiers, c’est aussi la durée de la floraison. Elle commence au printemps, et fleurira jusqu’aux premières gelées. Les rosiers sont d’une grande rusticité, possède une belle vigueur de floraison. Les rosiers remontants fleuriront jusqu’à l’automne donc, quant aux rosiers non-remontants, ils ne fleuriront qu’une seule fois, au printemps, mais dans une véritable explosion de fleurs !

Description et information sur la taille des rosiers

Il existe plusieurs types de rosiers : les rosiers à fleurs groupées, les rosiers à grande fleurs, les rosiers arbustes et/ou couvre sol, et les rosiers grimpants ou lianes.

Les Rosiers à fleurs groupées :

Ils donnent au bout des branches principales des fines branches secondaires qui portent plusieurs boutons. Boutons qui donneront chacun une rose. Il y a tant de fleurs qu’elles forment presque des « grappes ». Ces Rosiers peuvent littéralement être couvert de Roses quand ils atteignent le point d’orgue de leur floraison. Les fleurs mesurent en 4 et 8 cm de diamètre environ.

La taille consiste ici à limiter le rosier aux proportions que vous souhaitez. Elle est pratiquée au début du printemps.

Les Rosiers à grandes fleurs :

Les Roses de ce type de rosiers sont très grandes et moins nombreuses que ceux à fleurs groupées, elles mesurent jusque 13 cm de Diamètre, environ.

En ce qui concerne la taille de ces Rosiers, elle doit être pratiquées au début du printemps, elle a pour objectif de maitriser l’encombrement et l’équilibre des proportions de l’arbuste. La taille a également l’objectif de renforcer les rameaux principaux et de favoriser l’apparition de nouvelles branches qui donneront plus de boutons de Roses.

Les Rosiers couvre-sols :

Ils sont idéals pour fleurir une zone de terrain pentu, talus, descente de garage…

Ces Rosiers ont une grande capacité de développement et donnent rapidement de très beaux résultats.

La taille se fait au début du printemps, supprimer les vielles branches (secondaires) pour permettre aux nouvelles de se développer toujours dans le but de donner plus de fleurs et de renforcer le rampant.

Les rosiers grimpants :

Ils donnent de nombreuses fleurs, par contre… Il faut être attentif et ne pas se laisser dépasser par leur vigueur. Il faut canaliser leur développement. Pour cela, il vaut mieux procéder par étapes :

Après la plantation, laissez pousser le rosier grimpant jusqu’à la taille souhaitée.

Identifiez les 5 à 6 rameaux principaux, les plus grosses branches, qui sont à conserver.

Conserver, au départ, les rameaux secondaires, palissez-les, jusqu’à la taille attendue, également.

Une fois que de nouvelles pousses apparaissent, coupez les rameaux secondaires – les plus anciens – , petit à petit, l’idée ici étant de redonner de la vigueur à notre Rosier grimpant.

Les nouvelles branches donnent plus de fleurs que les anciennes et les rameaux principaux en seront renforcés.

Le mot du jardinier amateur :
• Il faut supprimer les fleurs fanées tout au long de la floraison pour ne pas utiliser l’énergie de l’arbuste inutilement.
• Au tout début du printemps, coupez les tiges qui porteront les fleurs, à 3 yeux, c’est-à-dire coupez environ une dizaine de centimètres.

Les variétés de rosier

Quel choix pour les rosiers ? Il existe entre 150 et 200 espèces de rosiers et plusieurs milliers de variétés. Il faut choisir le Rosier que l’on souhaite accueillir au jardin en fonction de l’emplacement, du sol, des besoins, des couleurs et de l’usage qu’on souhaite en faire.

Infos du jardinier :

En cas de sol très calcaire, il faut poser la question à votre pépiniériste afin de savoir si le rosier que vous convoitez est adapté à ce type de sol.

Le sol doit être frais, humide, mais pas stagnant.

Comment planter les Rosiers ?

Les Rosiers sont simples à cultiver.

• Faites un trou et retirer la terre sur 50 x 50 x 50 cm.

• Défaites la botte de terre qui entoure les racines, si elles ne sont pas nues. Coupez éventuellement les racines qui sont abimées. Il est important que les racines du rosiers puissent reprendre facilement et naturellement.

• Ajoutez du compost pour enrichir la terre.

• Positionner le Rosier, le point de greffe peut être légèrement enterré*. (il y a débat sur la question ;))

• Recouvrez de terre et arrosez largement.

• Rectifiez en ajoutant de la terre si besoin.

• Prévoyez entre 50 et 70 cm de distance entre 2 pieds.

Quand planter les Rosiers ?

• La meilleure période pour planter un Rosier, c’est à l’automne, mais plus largement, toute période en dehors de gel.

Information du jardinier :

En cas d’automne trop pluvieux et notamment en cas de sol gorgé d’eau, il vaut mieux éviter de planter et attendre la fin de l’hiver.

Avec quoi planter les rosiers ?

Comment associer les rosiers ?

Les rosiers se prêtent à toutes sortes d’associations et également selon votre besoin, tout simplement : couvrir un mur, cachet le pied du rosier, ou créer un mélange de fleurs vous trouverez facilement selon vos objectifs :

• Pour cacher la base d’un rosier vieillissant, qui s’est « déplumé » avec le temps.

• Associez les plantes qui accompagneront la croissance du rosier, des plantes vivaces, avec une inflorescence importante. Veillez à ce que leur croissance ne soit pas plus rapide que celle du rosier et surtout que son développement de risque pas de l’étouffer !

• Avec les Rosiers grimpants, vous pouvez « travailler » avec des clématites… Une glycine risque d’être trop puissante et pourrait étouffer le rosier.

• Pour ajouter du caractère au jardin en dehors des fleurs vous pouvez aussi faire votre choix d’accord et créer un mélange en fonction du feuillage, leur couleur et leur forme….

• Dans le cas d’un massif ou d’une haie, vous pouvez grouper les rosiers, en mettre 3 ou 4 en faisant une alternance de couleurs proche pour créer une forme de camaieu. Cela renforcera encore l’esthétique de ces merveilleux arbustes.

Avec ou sans jardin…

Au jardin :

• En massif, en haie, le long d’une clôture ou d’un treillage, ou encore sur un talus.

Sans jardin :

• En pot, exceptionnellement pour les rosiers nains, ou miniatures. Il faut spécifier cet usage à l’achat car il existe des variétés qui ont expressément étaient crées pour ça.

Entretien

• Taillez le rosier au tout début du printemps ou juste avant l’été

• La taille des rosier
• Traitement et maladies du rosier

Floraison

• Rosiers remontants : Du printemps aux premières gelées

• Rosiers non-remontants : Tout le printemps

Infos du jardinier :

Vous l’aurez compris, les rosiers remontants ont l’avantage de produire des floraisons successives qui s’étaleront du printemps jusqu’aux froids de la fin de l’automne.

Arrosage
exposition
Hauteur et largeur
Exposition
Arrosage
Haut. et Largeur
Soleil à mi-ombre
Terre sèche entre 2 arrosages

H : 30 cm à
4 mètres

L : 80 cm à 10 m

espace entre plants
Profondeur de plantation
Espace entre les plants
Profondeur
0,8 à 1,5 m
enterrer le point de greffe*

* Enterrer le point de greffe ou pas ? En fait il y a débat… Ii on l’enterre légèrement ça ne porte pas réellement à conséquence. Certains jardiniers proposent d’entérrer complement le point de greffe, assez profondément, en faisant le pari que l’arbuste va re-créer ses racines à partir du point de greffe et donc s’affanchir des racines livrées avec l’arbuste. Dans ce cas il faut l’enterrer profondément, en laissant les branches sorties de terre d’au moins 10 à 20 cm.

3 Comments

Leave a Comment

Captcha-formulaire * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Google+

Les cookies nous servent à mesurer l'audience du site, en continuant vous acceptez que nous les utilisions, merci. Plus d'infos ?

Pourquoi utiliser des cookies ? Ils sont nécessaires au "monitoring" de l'audience, c'est à regarder quelles sont les pages qui ont étées vues. Une fois ces mesures enregistrées, nous sommes en mesure de comprendre ce que vous appréciez sur jaime-jardiner.com et quand à ce que vous n'aimez pas, ça nous permet de le savoir et de retravailler ces contenus. En gros, ils nous servent à améliorer votre expérience utilisateur sur j'aime-jardiner.com

Fermer la fenêtre !