Houblon

Partagez Likez pour nous aider ! Merci ;-) !houblon male pour l'esthétique, houblon femelle pour la bière et pour la beauté !

Houblon, une grimpante brassicole aussi rustique qu’esthétique…

Le Houblon, vous le savez sans doute, c’est la matière première de la bière. C’est aussi une très belle liane fleurie, une plante grimpante capable de d’atteindre plus de 10 mètres. C’est une plante très rustique, jusqu’à -30°c. Le houblon se satisfait très bien des expositions ombragée et mi-ombragée et même ensoleillée. La plante illumine de ses rayons dorés tout le jardin, dès la fin du printemps, pour peu qu’elle ait un support à coloniser de ses tiges vigoureuses et volubiles ! Le feuillage est caractéristique. Les feuilles sont dentelées, trilobées et mesurent en 10 et 15 cm, et elles sont nervurées de vert clair. Les tiges peuvent être légèrement velues.  En cuisine, les jeunes pousses, ou jets, de printemps se cuisinent comme les asperges, dont elles possèdent d’ailleurs les mêmes vertus dépuratives. Dépuratif, le mot est lancé. C’est en particulier grâce à cette qualité que le houblon a été utilisé dans la confection de la bière. On cherchait alors à stabiliser le breuvage… A suivi cette boisson amère que nous connaissons pas mal. Il existe de nombreuses variétés de houblons, qui permettent différentes saveurs plus ou moins fruitée, acide, boisée même, pour le plus grand plaisir des amateurs de bière, binouze, cervoise, mousse, bibine, pils…

Nom botanique :

• Humulus Lupulus

Info plante :

• Cycle : Plante vivace
• Feuillage : Caduc
• Rusticité :  Très rustique (-30°C)
• Famille : Cannabinaceae, Cannabinacées
• Port : Plante grimpante, liane
• Exposition : Ombre et mi-ombre
• Sol : Profond, riche, peut être argileux.
• Semis : Sous abri après stratifications
• Plantation : Après les gelées au printemps
• Floraison : Juillet – septembre
• Fructification : –
• Enracinement : Racines (grosse)
• Zone de culture : Partout zones 4b à 9 voir carte de rusticité france carte de rusticité du Quebec
• Origine : Europe
• Plante mellifère : Peu.
• Plante comestible : Oui
• Plante Toxique : Non

Particularités :

• On peut distinguer les pieds mâles des pieds femelles notamment lors de la floraison. Le houblon mâle fleurit en panicule, à droite en arrière plan sur la photo, tandis que le houblon femelle produit des fleurs coniques en grappe, à gauche sur l’image. Ce sont les fleurs de houblon femelles qui sont utilisées et transformées pour produire la bière.
• La plante est comestible, c’est le houblon qui donne le goût amer à la bière, on peut l’utiliser dans la cuisine ou en infusion.

Quels avantages au jardin :

• Esthétique de la plante.
• Floraison originale.
• Croissance très rapide.
• Le houblon est très florifère même en exposition ombragée.

Quelle exposition pour le houblon ?

• Ombre et mi-ombre.

Quel sol  ?

• Sol profond, riche et frais qui peut être argileux.

Méthode de multiplication ?

• Semis

Quand semer le houblon ?

• Anticipez la stratification de presque 2 mois.
• Commencez l’opération mi-février.

Comment semer le houblon ?

Le semis du houblon n’est pas si aisé. Et pour un jardinier amateur, il est plus simple (et plus sécurisé) de se procurer des plants de houblon à planter. Mais à coeur vaillant…
Pour pouvoir pratiquer les semis de houblon, il est nécessaire de stratifier les graines. C’est une étape importante, qui peut s’effectuer naturellement dans la nature, mais qui, dans le cas d’un achat de graines bio en jardinerie, nécessite d’être produite « artificiellement ».
Voilà comment faire.

Première étape, la stratification chaude des graines :

• Faites tremper les graines dans de l’eau de réfrigérateur (4°C) pendant 2 jours.
• Après de délai, placez les graines dans un récipient, mélangées avec du sable de rivière (3 à 4 fois leur volume).
• Conservez à température (20°C à 25°C) (c’est l’incubation ou stratification à chaud) pendant 3 semaines.

Deuxième étape, la stratification à Froid :

Le mot du jardinier amateur : dans quel récipient stratifier les graines ?

La stratification se fait à l’extérieur, il faut donc un récipient qui résiste aux pluies et au froid. Un pot du jardin, percé au fond convient parfaitement. Pour une grande quantité, un bac plastique comme un « curver » peut faire l’affaire à condition d’en percer le fond pour le drainage. Les graines seront placées entre des couches de sable.

• Placez une couche drainante au fond du récipient : gravier ou billes d’argile.
• Ajoutez une première couche épaisse 4 cm de sable de rivière,
• Ajoutez des graines : étalez-les sur le sable.
• Recouvrez d’une belle épaisseur de sable…
• Ajoutez des graines et recouvrez de sable.
• Placez le récipient à l’extérieur contre un mur, au froid pour 4 à 5 semaines.

Troisième étape, les semis :

• Réalisation des semis en caissette
• Utilisez un bon terreau pour semis.
• Humidifiez-le.
• Tassez le avec une planchette.
• Ajoutez les graines
• Recrouvrez les de terreau.
• Tassez à nouveau, c’est fait !
=================================
• Maintenez humide jusque la levée, utilisez un pulvérisateur.
• Quand les plantules mesurent quelques centimètres…
• Placez-les en godet unitaire. Cette opération a pour but de renforcer le plant de houblon.

Quand planter le houblon ?

• Au printemps après les gelée, de mi-avril à mai.

Comment planter ?

• Travaillez la terre sur une hauteur de bêche..
• Mélangez la terre du jardin avec du terreau pour plantation ou un compost bien mature.
• Placez les plants de houblon en godet.
• Espacez les plantations de 1 m.
• Rebouchez, tassez…
• Arrosez.

Le houblon au potager :

• Vous pouvez créer un maillage de cables verticaux tendu en 2 piquets.
• Il vous permttront « l’organiser la pousse » et de faciliter la récolte des fleurs.

Quand récolter le Houblon ?

• On récolte les fleurs femelles, quand les épis sont encore fermés, et avant qu’ils ne s’ouvrent.
• Généralement en septembre.

Culture en pot ?

• Dans un grand pot profond d’au moins 60 cm.
• Préparez un mélange terreau et terre du jardin.
• Placez plusieurs 2 pieds de houblon pour créer un effet de densité.
• Placez le pot près d’une structure, d’un pergola, d’un mur….

Entretien :

• Le houblon peut être envahissant, il est parfois necessaire de le contraindre par une taille de formation.
• Pour nourir le plant, réalisez un paillage organique à base de coques de cacao, ildéal pour procurer les éléments nutritifs à la plante.
• Le paillage permet également de maintenir l’humidité, bien que le houblon résiste bien aux épisodes de sécheresse.

Floraison du houblon :

Le houblon fleurit à partir de juillet et jusque l’automne, septembre.

Variétés :

Pour les fleurs

• Humulus Lupulus « Aureus » : Produit de superbes fleurs dorées.
• Humulus Lupulus « Diva » : Belle floraison blanche.

Pour le goût :

• Humulus Lupulus « Cascade » : Houblon Américain, assez répandu, aux arômes de pin et de citron.
• Humulus Lupulus « Kent Golding » : Ce houblon dégage également des saveurs citronnées mais aussi boisée.
• Humulus Lupulus « Hallertau Mittelfrüh » : Houblon Bavarois aux saveurs subtilement floral.
• Humulus Lupulus « Fuggle » : Un houblon Anglais doux-amer
• Humulus Lupulus « Saaz » : Frais et citronné c’est l’un des houblons les plus utilisés.
• Humulus Lupulus « Sunbeam » et « Zeus » : très utilisés en Engleterre dans la conception des « pale ale » ou IPA. Les Indians pale Ale ont été produite au XVIII e siècle pour les troupes coloniales britanniques en Inde. Elles sont plus fortes en alcool et en houblon que les autres ales.
• Humulus Lupulus « Chinook » : Un houblon américain aux arômes citronné, floral et amer. ce houblon est utilisé dans la fabrication de bières « Ales » américaines plutôt fortes.

Que planter avec  ?

• Des clématites, rosiers grimpants, des ipomées

Le mot du jardinier amateur :

Quand le plant de houblon se plait bien au jardin, il peut produire un nombre très considérable de grappe de fleurs… pour un effet fantastique !

Utilisation :

• Au jardin : Sur un support, grillage, clôture, arbre, arbuste, tonnelle, pergola, mur
• Sans jardin : 
Dans un beau bac d’au moins 50 cm de large mais surtout profond de 60 cm, rempli de terreau et terre du jardin. Ajoutez un paillage d’écorce pour maintenir l’humidité.

Fiche rapide :

  • Quelle exposition ?Exposition :
    Soleil et mi-ombre et ombre
  • Quelle qualité de sol ?

    Sol :
    Frais, humfère, profond éventuellement agileux

  • Quels besoins en arrosage ?Arrosage :
    En cas de grande sécheresse
  • Taille adulte de la planteTaille (HxL) :
    10 x 3 m (jusqu’à)
  • Profondeur de plantationProf plantation :
    N’enterrez pas le collet
  • Quand semer la plante ?Semis :
    Sous abri : printemps.
  • Quand planter ?Plantation :
    En mai
  • Quand récolter ?Floraison :
    De Juillet à Septembre

 

Le houblon et la bière, une histoire d’amer !

La bière est une boisson séculaire. on en trouve déjà des traces en Mésopotamie (Irak d’aujourd’hui) 6000 ans av. JC. Sa fabrication a beaucoup évolué notamment avec l’introduction du houblon au VIIIè siècle. Mais il aura fallu attendre que les scientifiques s’y intéressent au XIXème Siècle pour que la bière devienne un boisson stable pouvant être conservée et voyager dans de bonnes conditions. Le houblon a également apporté une goutte d’amertume à la bière, et c’est ce qui ce a fait sa marque de fabrique puis son identité gustative.

En france, dans le Nord, plus précisément en Flandres, et dans l’Est mais également en Belgique, le houblon est une plante et une culture bien connue. Dans ces régions, il a existé une économie locale du houblon avec de nombreuses Brasseries artisanales. Le houblon y était alors négocié directement entre les agriculteurs et les artisans brasseurs.
L’industrialisation, la constitution de grands groupes producteurs de bière dans la deuxième partie du XXème siècle et leur prégnance sur le marché du Houblon, et aussi les politiques de santé contre l’alcoolisme, ont bousculé les acteurs. Le houblon a été sujet à spéculations, modifiant son prix de vente parfois au bénéfice du cultivateur mais le plus souvent à sa perte.
En dehors des lois « alcool et santé », la bière a souffert d’un manque d’ambition.  La bière était une boisson de table et de bistrot, peu gouteuse, fadasse, avec peu de valeur ajoutée, qui ne faisait pas réver le consommateur… bien moins que le vin, qui représentait mieux le « savoir vivre » à la française ou le champagne synonyme de « fête » et bien sûr l’avènement des boissons sucrées. De fait, la consommation de bière notamment, avec la désafection des consommateurs, a fini par baisser très fortement, entraînant dans sa chute de nombreuses Brasseries dans les années 1970-80.

C’est à partir des années 1990, que la bière a retrouvé ses lettres de noblesse et un nouveau souffle avec l’engouement pour les bières d’Abbaye. Mais c’est sans doute plus particulièrement dans les années 2000 que l’intérêt pour les bières de qualité et les bières artisanales est reparti, avec la création de très nombreuses micro-brasseries, un peu partout…

En parlant d’histoire, jeune « padawan », dans les années 80, j’arrivais de ma campagne natale dans lycée de la capitale des Flandres : Lille, pour la rentrée, c’était la veille. J’arpentais timidement les couloirs qui succédaient aux escaliers qui succédaient aux couloirs… Aucune tête connue à l’horizon, bien sûr. Au 5ème étage, sous les toits. c’est là qu’étaient les 2 grands dortoirs où je me rendais. Avant d’y accéder, on passait une salle d’eau où des dizaines de lavabos usés par les années de maltraitance adolescente se faisaient face, séparés de miroir. J’entrais. Le réfectoire du fond, plus petit, était réservés aux étudiants qui restaient là au trimestre, et le premier, plus grand, à ceux qui désertaient le weekend. Je faisais partie de ceux-là. Une succession de lits et d’armoires parfaitement alignés, une rangée d’une dizaine à droite, côté cours, contre les fenêtres en hauteur, deux rangées centrales, dos à dos avec une cloison séparatrice faite du même bois que les armoires, et la dernière rangée, côté rue, plutôt autoroute. Attenante à ce grand réfectoire, une petite pièce destinée à recevoir un surveillant qui dormirait là pour maintenir le calme. J’étais arrivé parmi les premiers. Je choisissais un lit près d’une fenêtre côté cours et y posais le sac-à-dos contenant mes affaires. Je ne les déballais pas et restait là observant la venue de quelques futurs acolytes.

Evidemment quand on arrive, dans un nouveau lieu comme celui-là, inconnu de tous et, où il n’existe aucune intimité, il faut se faire une place tout en finesse, ni trop, ni trop peu : Ne pas se faire manger le houblon sur le dos et mettre à distance confortable les lugubres à la détente facile… C’est ce que j’avais en tête, quand un étudiant qui, visiblement, avait redoublé un certain nombre de fois, a réclamé la place où je ne m’étais pas encore installé. Il fallait répondre à l’intimidation. Le laissant à son inquisition,  j’ai commencé le rangement de mes affaires dans l’armoire. Je me souviens qu’il m’a regardé avec un air dubitatif, hésitant entre la violence ou… la violence. Au loin on a entendu hurler, c’etait un de ses potes d’internat, même profil bas de plafond.

Finalement, ils se sont installés sur les lits juste en face m’oubliant à mon rangement… Et l’année a commencé en douceur.

En douceur et c’est là que je voulais en venir… À 19 heures, l’heure du repas du soir, les habitués commencèrent à bouger. Entre teps nous nous étions présentés mes voisins de lits et moi, nous faisions mouvement comme  le troupeau vers la cave, 6 étages plus bas. Nous nous agglutinions de la porte fermée du réfectoire jusque le haut des escaliers au rez-de-chaussée dans un équilibre précaire voire instable. Le grondement des voix affamées montait… Quelques chants de sportifs et payen aussi.

Quand les portes se sont ouvertes, les habitiés se sont regroupés entre eux, les bleus (nous) aussi. Sur les tables de huit, 2 bouteille d’eau et une de bière. De la bière de table…moi qui buvait de l’eau depuis que j’étais né… C’est mon premier vrai contact avec la bière. Enfin non, c’était le lendemain, parceque ce soit là, la bouteille a vite filé sur une autre table. On a vite pris le rythme de la mettre à l’abri en la buvant 😉 !

Leave a Comment

Captcha-formulaire * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Google+

Les cookies nous servent à mesurer l'audience du site, en continuant vous acceptez que nous les utilisions, merci. Plus d'infos ?

Pourquoi utiliser des cookies ? Ils sont nécessaires au "monitoring" de l'audience, c'est à regarder quelles sont les pages qui ont étées vues. Une fois ces mesures enregistrées, nous sommes en mesure de comprendre ce que vous appréciez sur jaime-jardiner.com et quand à ce que vous n'aimez pas, ça nous permet de le savoir et de retravailler ces contenus. En gros, ils nous servent à améliorer votre expérience utilisateur sur j'aime-jardiner.com

Fermer la fenêtre !