Myrtillier

Le myrtillier, les myrtilles, un petit arbuste aux baies aux saveurs délicates et originales des montagnes

Myrtiller fruitier sauvage et myrtille domestiquées

Le myrtillier est un arbuste sauvage des plaines montagneuses d’Europe, de petite taille, qui s’épanouit dans les sols acides et rocheux. Ce myrtillier c’est le vaccinium myrtillus, ses baies bleues, fruits décoratifs et délicieux, aux saveurs délicates et originales. Ses rameaux sont dressés et anguleux, vert-olive, kaki pas le fruit la couleur 😉 ils portent de nombreux bourgeons, dont les yeux terminaux s’ouvrent vers la lumière. Le myrtillier a le port dense, ses rameaux sont recouverts de feuilles d’un beau vert vif, rougissantes en automne. Les fleurs en clochette, d’un merveilleux blanc nacré, cireux, vont jusqu’à masquer le feuillages en saison tant l’arbuste est productif. Elles font place aux fruits bleu-violets, plus gros sur l’arbuste de culture. En effet, le myrtillier qui trône dans nos jardins, à de rares exceptions, est le cousin américain de notre myrtillier sauvage d’Europe, c’est le myrthillius corymbosum, de la même famille que les bruyères (éricacées). C’est un arbuste d’1,5 mètres de hauteur qui donne des beaux fruits qui peuvent atteindre 2 cm de diamètre .Ils apparaissent en grappe sur le bois de l’année précédente. Les fruits du myrtillier de culture sont parfois un peu moins gouteux mais restent déliceux et sont jusqu’à deux fois plus gros.

Nom botanique :

• Myrthillius corymbosum
• Vaccinium myrtillus (myrtillier sauvage)

Type de plante

 Famille : Éricacée, ericaceae
• Cycle : Arbuste vivace
• Rusticité : Rustique (jusqu’à -25°C)
• Feuillage : Caduc (Persistant pour le myrtillier sauvage)
• Exposition : Ensoleillée
• Plantation : Automne et printemps
• Floraison : Printemps après les dernières gelées
• Récolte : Fin juin à mi-septembre
• Sol : Sol plutôt acide.
• Port : Arbusif
• Plante mellifère : Oui (Nectar et Pollen)
• Entretien : Taille de fructification en février, fertilisation, arrosage
• Hauteur : 0,60 à 2,00 m
• Enracinement : racines
• Origine :  Europe et États Unis
• Rotation des cultures : Arbuste vivace reste en place.

Propriétés du myrtillier :

Si le myrtillier est un arbuste très vivace, et adapté à la montagne, en réalité, il convient d’être attentif à ce dernier point. En effet, si les origines du mytillier se trouvent bel et bien en climat montagnard, l’altitude de culture est tout de même limitée à la moyenne montagne jusque 1000m car son cycle végétatif impose une moitié d’année environ (170 jours) hors gel.

Santé :

Les bénéfices du myrtillier ne sont plus à démontrer, leurs fruits, les myrtilles, sont riches en vitamines, riches en fibres, riche en oligo-éléments. Dans le temps elles étaient utilisées pour soigner les troubles intestinaux graves, comme la dysenterie, et aussi, consommer de la myrtille améliorerait la vision de nuit.

• Santé & nutrition : Anti-oxydante, dépurative…
• Vitamines : les myrtilles sont riches en vitamines E, K, A et C.
• Sels minéraux : Manganèse, Cuivre, fer, potassium.
• Toxique : Non

 

Energie Teneur moyenne
/100g
Min Max
Energie 57,7 kcal
Protéines brutes, N x 6.25 (g/100g) 0,87 g 0,71 g 1,14 g
Glucides (g/100g) 10,6 g
Lipides (g/100g) 0,33 g 0,2 g 0,5 g
Sucres (g/100g) 9,96 g 7,67 g 12,3 g
AG saturés (g/100g) 0,028 g
Sel chlorure de sodium (g/100g) 0,0025 g

Quel sol pour cultiver la myrtille ?

• Sol plutôt acide (type terre de bruyère)
• Le myrtillier ne supportent pas les sols calcaires ni argileux.

Quelle exposition ?

• Le myrtillier de culture aime le soleil, idéalement placez-le en exposition sud ou sud-ouest
• Le myrtillier sauvage quant à lui préfère une exposition ombragée ou mi-ombragée.

Quand planter le myrtillier ?

• De préférence à l’automne : de fin octobre à début décembre.
• Où bien en fin d’hiver jusqu’au début du printemps : de février à avril.

Comment planter le myrtillier ?

Comme on l’a vu plus haut les myrtillier n’apprécient pas du tout les sols argileux et/ou calcaires. Alors pour planter nos arbustes fruitiers, nous allons prparer le sol en anticipant leur croissance et créer un sol le plus proches de ce que nos arbustes apprécient, c’est à dire un sol acide et plus léger.

Si le sol de votre jardin n’est pas adapté à la culture des myrtilles, suivez ces quelques conseils :

• Creusez un trou bien plus grand et profond que la motte du myrtillier en conteneur, environ 50-60 cm de largeur et de profondeur. Si vous plantez plusieurs arbustes au même endroit, faites une tranchée en considérant 0, 8 à 1,00 m entre chaque pied.
• Une fois la terre placée de côté, ajoutez un lie de sable de rivière au fond du trou, une dizaine de centimètres.
• Ajoutez ensuite de la terre de bruyère, une vingtaine de centimètres.
• Ajoutez de la tourbe blonde pour augmenter l’acidité…
• Pour l’équilibre avec le sol du jardin, ajoutez une ou deux pelletée de terre de votre jardin.
• Mélangez le tout dans le trou de plantation.
• On peut considérer que ce travail du sol a fait descendre le PH de notre sol à 6 environ, un PH un peu acide idéal pour le myrtillier.

Planter le myrtillier livré en conteneur :

• Placez la motte dans un seau d’eau pour quelques minutes en conservant le conteneur pour éviter que la motte se défasse dans l’eau.
• Refaites un trou dans le sol que nous avons préparé à l’étape si-dessus.
• Sortez la motte de l’eau et défaites le conteneur…
• Avant de la placer, ajoutez du compost au fond du trou pour bien le nourrir pendant sa croissance
• Grattez le contour de la motte afin de permettre aux racines de bien se détacher de la motte et s’implanter dans leur nouvel emplacement du jardin.

Entretien :

• Arrosage : pratiquez le régulièrement l’été, mais faites un apport en petite quantité, le sol doit rester humide.
• Paillage : un paillage d’été peut-être mis en place afin d’éviter l’évaporation de l’eau du sol ou de l’eau d’arrosage.
• Fertilisation : En automne et au printemps, mélangez du compost bien mature en le mélangeant avec la terre du pied du framboiser.

Quand tailler ?

En février juste avant le reprise de végétation, pour la taille de formation comme pour la taille de fructification.
• Il est parfois nécessaire de produire une taille de formation lors de la plantation d’automne, notamment si l’arbuste a grandi de manière anarchique chez votre horticulteur favori.
• En février toujours, pour la taille de restauration. 

Taille du myrtillier :

L’arbuste ne pose pas de difficultés majeures pour la taille, en raison de son port buissonnant naturel.

Taille de formation :

L’idée ici est de produire une silhouette équilibrée à l’arbuste fruitier et aussi de favoriser la capacité de production de fruits grâce à aux tailles de ramification.

La première année de plantation, raccourcissez les branches de moitié. Pour donner une idée, on dit pour cette première taille  que racines et branches doivent être du même volume.
• La deuxième année puis la troisième, taillez de nouveau assez fortement pour favoriser la ramification. C’est elle qui améliore la capacité de production de fruits.

Taille de fructification :

La taille de fructification est importante en cela qu’elle favorise la production de nouvelles branches dont de fruits. Cette taille fonctionne selon un principe simple lié au fait que, d’une part, les fruits – les baies de myrtilles – apparaissent sur le bois de l’année précédente, et d’autre part, que la durée productive de ces branches fruitières est assez courte, environ 4 ans. Par ailleurs plus les rameaux sont vigoureux, robustes, plus ils sont fructifères.

• Retirez le bois mort s’il y en a.
• Coupez au raz-du-sol les branches agées de 4 années.
• Coupez également les branches trop faibles.
• Laissez intactes les autres branches.

Taille de restauration :

On effectue cette taille, en février, sur un arbuste qui n’a pas été entretenu depuis un certain temps.

• Coupez les plus vielles branches à raz du sol.
• Coupez toutes les autres à 30-35 com du sol, au dessus d’une pousse ou d’un noeud.
• Il n’est pas nécessaire d’essayer de garder un grand nombre de branches, au contraire il vaut mieux privilégier entre 10 et 15 rameaux, afin que l’énergie de la plante servent à se régénérer.

Multiplication du myrtillier :

Il existe différentes possibilités comme la division des touffes, bouture des racines, bouture de rameaux. Mais nous concentreront sur la bouture des rameaux, car c’est la méthode qui donne les meilleurs résultats, même s’ils ne sont pas garantis.

Le mot du jardinier amateur :

Certaines baies proches de la myrtilles se multiplient par division des touffes, c’est le cas des airelles. La canneberge, une espèce rampante qu’on rencontre plus facilement au Canada qu’en France, est multiplié par marcottage. Ces deux méthode ne fonctionnent pas pour le myrtillier.

Quand bouturer myrtillier ?

• Le bouturage ligneux, sous abri, sur bois de l’année précédente, la bouture doit être faite en automne, au mois d’octobre ou  novembre.
• Le bouturage herbacée, sur bois de l’année se fait en juin

Comment faire une bouture ligneuse de myrtille :

Repérez une belle branche, parmi les rameaux principaux, en évitant les branches latérales car elles sont souvent plus faibles…  

• Sélectionnez une extrémité de branche d’une vingtaine de centimètres sur le bois de l’année précédente.
• Préparez un mélange de terre de bruyère et sable de rivière (2/3 – 1/3) dans un pot moyen (20cm de diamètre).
• Humidifiez bien la terre et maintenez la humide.
• Trempez l’extrémité de la bouture dans l’hormone de croissance –  ce n’est pas obligatoire mais ça favorise et accélère la croissance des racines…. Et placez la (ou les ) bouture (s) dans le mélange.
• Recouvrez avec un sac plastique type congélation que vous refermerez de manière étanche sur le pot, avec un élastique ou une ficelle : c‘est une bouture à l’étouffée), car pour réussir, il faudra humidité et chaleur.
• Profitez des belles journées d’ensoleillement pour aérer et vérifier si la terre est toujours bien humide.
• Les résultats, s’ils sont au rendez-vous, vous permettront un repiquage dans les 2 années qui suivent la bouture.

Comment faire une bouture herbacée de myrtillier :

Repérez une belle branche de l’année et sélectionnez des segments herbacées (bois vert) d’une vingtaine de centimètres.

• Préparez un mélange de terre de bruyère et de sable de rivière mélangées à 2/3 – 1/3 dans un pot moyen
• Humidifiez le mélange et placez les boutures.
• Placez les pots dans un châssis à l’ombre.
• Vaporisez les boutures tous les jours et assurez-vous également que le mélange reste toujours humide.
• Les racines apparaitront en 5 à 6 semaines au milieu de l’été.
• Ensuite repiquez les boutures en pots individuels.
• Placez-les en pépinière pour une année de croissance, et jusqu’à l’automne suivant.
• Installez-les au jardin en octobre ou novembre.

Récolte :

• À partir du mois de juin et au long cours pendant l’été.

Le mot du jardinier amateur :
Dans l’idéal, la récolte se fait au long cours car toutes les baies ne murissent pas en même temps. Les professionnels utilise une boite munie d’un peigne au dents relativement espacées qui bien sûr ne permet pas de fait un tri exhaustif, il faut alors récolter au meilleur moment avec le plus de fruits mûrs possibles et avant que les belles baies ne s’abiment.

Conservation des myrtilles après la récolte ?

• Les myrtilles sont de plus en plus souvent proposées à consommer crues, ces petits fruits « rouges » sont excellents au goût et également pour la santé.
• Les myrtilles restent belles quelques jours sans aucun souci. Mais évidemment quend on vient d’en récolter quelques seaux… Ils sera difficiles de les conserver intactes sur la durée.
• L’une des meilleures façon de les conserver c’est de faire des confitures car si elles sont très bonnes et permettent d’en utiliser une belle quantité.
• La congélation est envisageable, mais comme pour les myrtilles, le cycle congélation/décongélation réserve parfois quelques déconvenues.
• Faire des tartes aux myrtilles et gateaux aux myrtilles c’est toujours très bon !
• Et partagez avec les amis.

Maladies et parasites :

La chenille arpenteuse ou chenille géomètre :

C’est la chenille de la phalène hiémale (Cheimatobie), un papillon de nuit (lépidoptère) l’Operophteres Brumata. Elle possède des fausses pattes arrières (abdomen) et des pattes à l’avant, moins nombreuses que sur les chenilles communes. De fait elle possède une « démarche » particulière : son dos remonte pendant qu’elle avance son arrière puis baisse quand elle avance son avant. Les chenilles traditionnelles possèdent plus de pattes 5 paires
Les chenilles apparaissent aux mois de mars et avril. Elles dévorent la chair des feuilles, ne laissant après leurs passages que les nervures.

Les pucerons :

• C’est assez rare mais dans quelques cas, les feuilles du myrtillier se déforment et changent de couleur, les fruits peuvent être recouverts de miellat.

Traitements des pucerons :
Qui dit pucerons… dit fourmis ! Elles élèvent l’insecte pour en récupérer le miellat.
La glue est alors un bon moyen, même si c’est un traitement préventif à faire rapidement en saison et à refaire après les pluies.
• Le savon noir, lorsque l’arbuste est atteint, pulvérisez un mélange d’eau avec 10% de savon basique (sans additifs).
• Le purin d’orties et le purin de consoude sont des prépartion naturelle totalement biologique, obtenue par macération de feuilles dans l’eau (1 kilo pour 10 litres). Les purins sont utilisé dilués (voir les liens). ils sont tous les 2 très efficaces.

La pourriture sclérotique :

• La maladie atteint les branches. Dans un premier temps, apparait sur les branches une poudre blanche, puis les branches se creusent puis meurent.
• Coupez les branches malades et les voisines et brulez-les.

Variétés de Myrtilles :

Myrtilles sauvage :

• Le myrtillier Sauvage d’Europe : C’est un petit arbuste qui atteint les 50 cm en de rares conditions. Sa production est intéressante, elle est abondante et tardive, généralement de Août à Septembre. Les fruits sont petits aux saveurs légèrement sucrées, aigre et pafrois astringente.

Les myrtillier de culture :

• Le Myrtillier « Berkeley » : Arbuste auto-fertile au port très ramifié, il est également très fructifère. Ses fruits arrivent à maturité en juillet et la récolte se poursuit jusque le mois d’août. Les fruits sont nombreux, gros, légèrement applatis, et ils sont délicieux, sucrés et peu acides, c’est une vraie bonne variété !

• Le myrtilier « Bluecrop » : C’est l’un des plus fructifère, il est d’ailleurs souvent utilisé dans les cultures professionnelles qui supposent un rendement important. Les fruits sont gros et presque noirs et forment des grappes qui arrivent à maturité au mois de juillet. par ailleur l’arbuste résiste bien aux maladies (slérotiniose).

• Le Myrtillier  » Bleutta » : C’est un arbuste au port dressé qui produit des fruits plutôt petits mais très agréable à la dégustation, avec un parfum de myrtille affirmé. La récolte se fait assez précocément au mois de juillet et même parfois au mois de juin.

• Le myrtillier  » Darrow » : L’arbuste est un peu chétif. Néanmoins, il propose une récolte abondante et relativement tardive de juillet à la fin du mois d’août pour le plus gros mais on peut souvent continuer de se régaler en septembre. Les fruits sont nombreux et surtout excellents, acidulés et sucrés. Attention toute fois, il semble moins résistant aux maladies. Soyez régulier sur l’entretien : taille et fertilisation.

• Le myrtillier  » Jersey » : L’arbuste est auto-fertile. C’est un arbuste assez vigoureux, dressé, qui produit de nombreux fruits, bleu clair et aux saveurs légèrement acidulées à récolter de mi-juillet à mi-août. C’est un arbuste assez résistant.

Myrtillier : fiche rapide

  • Quelle exposition ?Exposition :
    Soleil
    voire mi-ombre
  • Quelle qualité de sol ?

    Sol :
    Plutôt acide, terre de bruyère, tourbe.

  • Quels besoins en arrosage ?Arrosage :
    léger et régulier
  • Taille adulte de la planteTaille (HxL) :
    De 0,3 x 1,50 m
  • Profondeur de plantationProfondeur plantation :
    15-20 cm
  • Quand semer la plante ?Semis :
    Difficiles privilégier les boutures.
  • Quand planter ?Plantation :
    Automne et printemps
  • Quand récolter ?Récolte :
     Juin à septembre
    selon la variété !
Summary
Comment cultiver le myrtillier au jardin ou au potager
Article Name
Comment cultiver le myrtillier au jardin ou au potager
Description
Le myrtillier est une arbuste fruitier des montagne d'Europe et s'il n'est pas souvent possible de cultiver ce myrtillier, ile exister un myrtillier de la famille des éricacées qui nous vient des USA. Cet arbuste fruitier est idéal au jardin, il en existe quelques variétés, aux fruits plus ou moins précoces, plus ou moins gros... Découvrez-le et toutes les infos pour l'ajouter au jardin, azvec jaime-jardiner.com
Author
Publisher Name
jaime-jardiner.com
Publisher Logo

Leave a Comment

Captcha-formulaire * Attention, la limite de temps pour la validation du formulaire via le CAPTCHA est dépassée ! Merci de recharger le CAPTCHA.

Google+