Mûrier - Mûre - Comment planter, entretenir, tailler, multiplier, jaime-jardiner

Mûrier et mures

Mûrier ou ronce à fruits, un arbuste piquants aux fruits noirs ou rouges, parfois jaunes, à ajouter au jardin !

Le Mûrier ou Ronce à fruits

Si, au jardin, il y a un arbuste agréable à cultiver mais surtout « à déguster », c’est bien le mûrier. Ce cousin du framboisier , n’est pas nécessairement facile à entretenir ou à récolter, car le plus souvent, l’arbuste porte des épines très agressives – [À signaler qu’avec les évolutions, on trouve souvent des variétés sans épines] – le jardinier amateur que vous êtes, habitué à récolter les mûres en pleine nature pendant une randonnée en campagne, doit savoir que le mûrier n’est pas si facile à cultiver qu’il ne pourrait y paraitre.

En effet si le mûrier est très résistant aux basses températures, dans les régions aux hivers rigoureux, comme en montagne, il sera nécessaire de de les abriter des vents d’hiver et de ne pas les exposer totalement aux rayons directs du soleil… Vous le lisez, même si rien n’arrête un jardinier empressé d’en découdre avec une plante sur laquelle il a porté son dévolu, il faudra être dans certains cas attentif aux recommandations du pépiniériste.

Nom botanique :

• Rubus Futicosus

Type de plante

 Famille : Rosacées – Rosaceae
• Cycle : Arbuste vivace
• Rusticité : Rustique (plus ou moins selon les variétés)
• Feuillage : Caduc à semi-persistant
• Exposition : Ensoleillée
• Plantation : Automne et printemps
• Floraison : printemps et jusque l’été
• Récolte : 4 semaines au début de l’été jusqu’en automneen automne
• Sol : Tous types de sols
• Port : Arbusif
• Plante mellifère : non
• Entretien : Taille et paillage automne
• Hauteur : 1,50 à 3,00 m
• Enracinement : racines
• Origine :  Amériques
• Rotation des cultures : Arbuste vivace reste en place.

Propriétés du mûrier :

• Généralement, on utilise le murier le long d’un mur, d’une part il est protégé des vents froids – c’est important dans certaines régions, en fonction des variétés cultivées – mais ensuite ces ronces à fruits décorent, habillent ce mur. On peut d’ailleurs le conduire le long d’un support de pergola ou d’un arceau de passage. Ce qui permet d’ajouter de la végétation et de « pluquiner » quelques fruits pendant l’été 😉 !
• Mais pour les cultiver d’une manière plus optimisée dans une partie réservée au potager, plantez 2 poteaux fermement et tendez plusieurs fils de fer entre les deux. Ils vous permettront de conduire et de suivre la croissance des nouvelles tiges et d’identifier les rameaux à tailler après la récolte.

Santé :

Les mûres possèdent, comme les framboises, des « anthocyanines » des flavonoïdes qui produisent les pigments rouges et noirs des fruits. Ces fruits possèdent en outre des propriétés antioxydantes qui ralentissent l’apparition de maladies comme les cancers, maladies cardiovasculaires…

• Santé & nutrition : Les mêres sont anti-Oxydantes, elles contiennent des fibres et révèlent des propriétés laxatives.
• Vitamines : Les mûres contiennent de la vitamine A et en vitamine C.
• Sels minéraux : Potassium
• Toxique : Non

Quel sol pour cultiver le mûrier ?

• Tous types de sol.

Quand planter le mûrier?

• De préférence à l’automne : de fin octobre à début décembre.
• Où bien en fin d’hiver jusqu’au début du printemps : de février à avril.

Comment planter le murier ?

• Creusez un trou bien plus grand que la motte du murier en conteneur.
• Placez au fond un compost bien mature.
• Placez le plant assez profondément.
• Les jeunes pousses vertes doivent être enterrées
• Rebouchez avec la terre du jardin.
• Tutorez-le pour lui permettre un bon ancrage.
• Arrosez bien.

Si vous plantez plusieurs arbustes, au même endroit. :

• Faites une tranchée en considérant 3 m entre chaque pied de murier.
• Faites-là suffisamment profonde pour recevoir de la fumure (compost) et que les plants soient plantés suffisamment profondément.

Vous le planterez en tranchées plutôt profondes, dans lesquelles vous incorporerez une bonne fumure. Répartissez correctement les racines, et veillez à ce que les jeunes pousses vertes soient enterrées.

Le mot du jardinier amateur :
Les framboisiers sont vendus sous différentes formes :
• En conteneur : de très petits sujets à sujets de moyenne taille.
• En conteneur : en touffe 
• Racines nues, généralement livrés en lot.
Les prix peuvent être très différents. Nous vous conseillons les variétés remontantes de framboisiers, car elles vous permettront de profiter à 2 reprise d’une récolte généreuse pour peu que l’arbuste ait reçu la lumière et la chaleur du soleil !

Entretien du mûrier :

• Arrosage : pratiquez-le régulièrement l’été, notamment en cas de sécheresse pendant la période de production des mûres.
• Paillage : un paillage peut-être mis en place après les tailles d’automne pour protéger le pied des grands froids d’hiver..
• Fertilisation : En automne et au printemps, mélangez du compost bien mature en le plaçant à la surface gratée du pied du mûrier.

Quand tailler l’arbre à mûres ?

• Le mûrier doit être taillé pendant sa période de domance.
• Taillez-le pendant les mois d’hiver de décembre à février.

Bien conduire pour bien tailler :

• Le mûrier produit sur le bois de l’année précédente et pendant une année, passé ce temps, ces branches ne produiront plus. Les rameaux de l’année quand-à-eux produiront donc l’année suivante.
• Il est donc important de conduire les rameaux sur des tuteurs, de manière à identifier facilement les rameaux à couper. Sans cela, le murier très volubile, mélangera les rameaux entre-eux. L’opération est alors bien plus délicate mais surtout allongé.

L’astuce « taille » du jardinier amateur :

• Entre des poteaux situés à au moins 3 à 4 mètres de distance
• Fixer un fil de fer à l’un des poteaux. Rejoignez le deuxième poteau, faite un tour et repartez vers le premier poteau.
• Renouvelez 2 ou 3 fois l’opération sur la hauteur des poteaux.

De cette façon il vous sera simple de conduire tous les nouveaux rameaux sur l’un de ces 2 fils, tous du même côté.
Ceux de l’années précédentes auton eux aussi été fixés de la même manière mais de l’autre côté… Avant de tailler, il n’y a plus qu’à identifier le bon côtés et suivre les rameaux jusqu’à leur base 😉 !

Taillez le mûrier… rapidement en images :

Comment tailler le mûrier, les étapes, pas à pas avec jaime-jardiner.com
Taillez le mûrier, description des étapes :

Comme vous l’avez lu plus tôt en astuce, pour une taille facilitez il faut bien conduire les rameaux successivement, c’est donc un travail qui se fait année après année.

L’année de plantation :

• Conduisez les jeunes rameaux sur les fils-tuteurs, forcez-les tous du même côté, répétez l’opération tout au long de l’année, car le mûrier peut avoir une croissance importante.

L’année suivante, en février :

Coupez les pointes de ces rameaux, plus ou moins au niveau du dernier fil-tuteur (un peu au dessus) .
Ce sont les rameaux qui donneront les fruits.
• Pour cette première taille, ne conservez que 7 ou 8 rameaux par pied de mûrier, gardez les plus robustes.

• Toute au long de cette nouvelle saison, conduisez les nouvelles pousses (nouveaux rameaux) sur les fils tuteurs, et fixez-les sur le côté libre, tous du même côté.

L’année suivante, en février :

• Coupez les branches qui ont donné les fruits (rameaux de 2 ans), car elles n’en donneront plus. Taillez les à la base.
• Étêtez les rameaux de l’année précédente au niveau du dernier fil-tuteur.
• Taillez les ramifications.
• Conduisez les nouvelles pousses en les fixant du côté qui a été libéré par les tailles de février.

Les années suivantes…

• Répétez ces mêmes étapes.

En général, un mûrier produit bien pendant une dizaine d’année, ensuite, il n’est pas rare qu’il se dénature un ne propose plus de belle récoltes de mûres.

Multiplication du Murîer :

Les ronces à fruits ne drageonnent pas, les 2 méthodes les plus courantes et qui sont très simples à mettre en œuvre sont :
• Le marcottage.
• Le bouturage des racines.

Quand marcotter le mûrier ?

• En théorie, toute l’année, le marcottage de la ronce à fruit est possible, mais les meilleures résultats sont plutôt observés quand le marcottage est effectué en automne avant les grands froids.

Comment marcotter le mûrier ?

Marcottage du mûrier étape par étape en images

Le marcottage est sans doute la plus simple et la plus « sécure » moyen de multiplier le mûrier.

À l’automne :
• Le marcottage est pratiqué du les branches souples, en bois vert, en bois de l’année.
• Sélectionnez un beau rameau et rabattez le vert le sol sans le casser. Cette étape vous permet de savoir où mettre le tuteur.
• Fixez le bout du rameau au tuteur sur 10 à 20 cm.
• Enterrez le reste du rameau dans un mélange terre du jardin et compost, à environ 10 cm de profondeur.
• Arrosez bien.

Au printemps suivant  le nouveau plant aura raciné…
Arrosez régulièrement, toute la saison.
Il arrive que les marcottage souffre plus facilement de la sécheresse.

À l’automne suivant :
• Sevrez le nouveau plant en le séparant de la plante mère.
• Avec un sécateur coupez le rameau issu de la plante à l’endroit où il a été enterré.
• Replantez le nouvelle arbuste fruitier à sa place définitive au jardin.

Multipliez le mûrier par bouture des racines :

Quand faire les boutures de racines ?

À l’automne, au mois de novembre,

Préparation des segments de racines :

• Sélectionnez une ou plusieurs grosses racines.
• Coupez les en segments de quelques centimètres.

Préparation du substrat et de la bouture :

• Remplissez un bac ou un pot de sable.
• Disposez les segments de racines.
• Recouvrez d’un mélange terreau / tourbe d’environ 3 cm
• Et placez en châssis….

Repiquage des boutures…

• Le développement des racines se produit pendant l’hiver.
• Repiquez au printemps, au début, en mars.

Récolte :

• En fonction des variétés de mûres, la récolte s’étale souvent sur 1 mois, pendant l’été.
• Pour les plus précoces la récoltes de mûres se fait en juillet et
• Jusqu’en septembre pour les plus tardives.

Le mot du jardinier amateur :
Selon la variété cultivée, l’exposition ou encore la région de culture, les framboisiers pourront fructifier à des périodes et sur une durée  différentes.

Conservation des mûres après la récolte ?

• Le meilleur moyen de conserver votre récolte de mûres non-transformées, c’est la congélation. Le fruit est généralement bien conservé, attention que le sachet ne soit pas trop chahuté au congélateur sous peine de retrouver un partie des framboises abimées. Il faut savoir que la congélation impacte un peu les qualités de santé notamment la vitamine C qui, si elle ne disparait pas, diminue largement.
Faire des confitures et gelée. Évidemment ici, le fruit est mélangé au sucre, mais c’est le moyen de profiter de framboise jusqu’à la prochaine récolte.
Faire des jus ou des coulis, vous pouvez d’ailleurs congeler les coulis c’est un bon moyen de conserver le produit sans lui ajouter de sucre. Il sera possible de le réutiliser dans une recette de pâtisserie, dans un dessert… 😉 !

Maladies et parasites :

Les insectes :

• Les pucerons :

Description : Les pucerons s’installent au dessous des feuilles, les feuilles se déforment, changent de couleur. les fruits peuvent être recouverts de miellat, désagréable et difficile à retirer des mûre sans les abimer.
Traitements des pucerons : Qui dit pucerons… dit fourmis ! Elles élèvent l’insecte pour en récupérer le miellat.
• La glue est alors un bon moyen, même si c’est un traitement préventif à faire rapidement en saison et à refaire après les pluies.
• Le savon noir, lorsque l’arbuste est atteint, pulvérisez un mélange d’eau avec 10% de savon basique (sans additifs).
• Le purin d’orties et le purin de consoude sont des prépartion naturelle totalement biologique, obtenue par macération de feuilles dans l’eau (1 kilo pour 10 litres). Les purins sont utilisé dilués (voir les liens). ils sont tous les 2 très efficaces.

Le ver des mûres :

Description :Byturus tomentosus est le nom scientifique du ver de la mûre. Ce sont les larves de ce coléoptère qui attaquent le mûrier et les ronces en général. Pour accéder au pollen les coléoptères adultes rongent les boutons floraux. On pourra alors voir les dégâts sur les fruits qui n’arriveront pas à terme ou seront mal formés.
Les traitements du ver des mûres : Le purin de tanaisie. La tanaisie est une plante qui possède des propriétés naturellement insecticides. En produisant un purin, et en le pulvérisant en préventif et/ou en traitement, on peut facilement éloigné l’insecte de l’arbuste fruitier. la tanaisie est d’ailleurs également efficace contre les pucerons.

Les maladies cryptogmiques (champignon) :

• Antracnose :

Description : Ce sont généralement plusieurs champignons qui sont à l’origine de cette maladie. Dans le cas du Mûrier comme du Franboisier, les fruilles brunissent puis les fruits flétrissent.
Traitement Bio : Les traitements cupriques (à base de cuivre) sont efficaces. Le purin d’ortie et les infusions à base d’ail ou d’oignons sont également efficaces.
Comment traiter : Pulvérisez une première fois puis à nouveau 15 jours plus tard.

• Botrytis :

Description : Cette maladie cryptogamique est appelée communément pourriture grise. Généralement elle attaque les boutons floraux ou les fruits. Un duvet blanchâtre peut apparaitre, il est responsable de ‘l’étouffement des boutons » qui tombent. Les fruits sèchent, flétrissent et tombent.
Traitement Bio : Les traitements à base de souffre sont efficaces. La décoction de prèle également.
Comment traiter : Pulvérisez, puis renouvelez l’opération tous les 15 jours pendant 1 mois, au moins 3 traitements.

• Oidiüm :

Description : Cette maladie apparaît surtout en été et en automne. Elle touche les fruitiers mais d’autres essences au jardin également. Un duvet blanc apparait en bout de rameau et sur les feuilles et les fruits. La maladie est souvent soutenue par une période d’humidité et de chaleur.
Traitement Bio : Les traitements à base de souffre sont efficaces ou un traitement à base de racines de Rumex.
Comment traiter : Pulvérisez toutes la plantes, au dessus et au dessous des feuilles.

Variétés de mûrier :

Mûrier aux fruits noirs :

« Darrows » : C’est une variété à épine très productive et vigoureuse. Les fruits sont gros, une des variétés les plus prisées avec une récolte à partir de juillet.

« Jumbo » : Variété sans épine, assez vigoureuse et productive. Les fruits sont gros et très noirs, parmi les plus grosses mûres du marché. Généralement la récolte des mûres est progressive mais chez Jumbo il vaut mieux attendre que la majorité des fruits du plant atteignent leur maturité pour faire une grosse récolte, généralement par la suite la récolte est plus menue. Elle commence courant août et dure jusque septembre.

« Navajo » : C’est une variété sans épines. Elle produit des rameaux puissants, qui ne nécessite pas la conduite par tuteur. Les fruits sont de taille moyenne mais très savoureux. Ils  apparaissent à la fin du mois de juillet.

« Smouthern » : Mûrier à fruits noirs, sans épine. cette variété bénéficie d’un très belle production. Les fruits peuvent apparaitre jusqu’en octobre c’est l’une des variétés les plus tardives.

Fiche rapide :

  • Quelle exposition ?Exposition :
    Soleil
    voire mi-ombre
  • Quelle qualité de sol ?
    Sol :
    Tous sols plutôt drainé.
  • Quels besoins en arrosage ?Arrosage :
    En cas de sécheresse pendant la fructification.
  • Taille adulte de la planteTaille (HxL) :
    De 2 à 4 m
  • Profondeur de plantationProfondeur plantation :
    10-15 cm.
  • Quand semer la plante ?Marcottage :
    Automne
  • Quand planter ?Plantation :
    Automne et printemps
  • Quand récolter ?Récolte :
    Juillet à octobre selon variété.
Summary
Mûrier, comment le cultiver, l'entrenir, le multiplier ?
Article Name
Mûrier, comment le cultiver, l'entrenir, le multiplier ?
Description
Les mûriers sont des arbustes fruitiers vigoureux et très producteurs de fruits. S'ils se développent facilement, il vaut mieux les conduire avec des fils tuteurs pour faciliter la récolte et leur taille qui intervient chaque année. Retrouvez toutes les informations et les astuces avec jaime-jardiner.com
Author
Publisher Name
jaime-jardiner.com
Publisher Logo

Leave a Comment

Captcha-formulaire * Attention, la limite de temps pour la validation du formulaire via le CAPTCHA est dépassée ! Merci de recharger le CAPTCHA.

Google+

jaime-jardiner.com ainsi que nos partenaires, nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies. jaime-jardiner.com Pour mesure l’audience et vous proposer les fonctionnalités de vos Réseaux Sociaux préférés. Nos partenaires les utilisent pour personnaliser les publicités (Google Adsens ©). Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord. Plus d'infos ?

Pourquoi utiliser des cookies sur jaime-jardiner.com ? SUIVI DE L'AUDIENCE DE JAIME-JARDINER.COM Les cookies Analytics (analyse d'audience) sont impersonnels et nécessaires au "monitoring" de l'audience. Ils servent à regarder par exemple, quelles sont les pages qui ont été les plus vues. Une fois ces mesures enregistrées, nous pouvons comprendre ce que les internautes apprécient sur jaime-jardiner.com et ce qu'ils aiment moins. Cela nous permet d'améliorer ou d'ajouter des contenus, ceux que les utilisateurs attendent. ce sont des chiffres qui nous servent à améliorer votre expérience utilisateur sur jaime-jardiner.com. Nous avons fait la démarche de limiter les cookies à 14 mois dans Google analytics conformément à la loi. Pour respecter la nouvelle réglementation RGPD qui est entrée en vigueur le 25 mai 2018, nous vous proposons la possibilité de recevoir ou de supprimer vos données liées aux cookies ICI : https://www.jaime-jardiner.com/mentions-legales/ PUBLICITÉS : jaime-jardiner.com fait appel à Google Adsense© pour la monétisation du site. Google Adsense© dépose des cookies (ou à ceux des partenaires) qui peuvent lui permettre d'afficher des publicités (annonces) proches de vos centres d'intérêts. RÉSEAUX SOCIAUX : Pour vous permettre de partager avec vos amis ou "liker" les contenus de jaime-jardiner.com nous intégrons les codes de nos partenaires Facebook©, Twitter©, Google+© et Pinterest© qui mettent à jour les cookies lors de votre visite. ABONNÉS NEWSLETTER : Tous les abonnés à la newsletter jaime-jardiner.com se sont abonnés sur le site en remplissant un formulaire simple et logiquement chacun a donné son accord. Si vous ne souhaitiez plus recevoir nos messages, en bas des message vous avez une possibilité de désinscription en 1 clic.

Fermer