Navet

navet
Le navet fait partie des légumes les plus anciens et les plus cultivés au potager. C’est un légume « classique » des potagers. Il craint peu la sécheresse et il se cultive très bien sous les climats humides. Il fait partie aussi de ces légumes qui comme les pommes de terre se conservent facilement pendant l’hiver. Ils sont d’ailleurs cultivés dans cette perspective. En ce qui concerne les navets, il est possible de les récolter jusqu’en décembre.
Le navet est consommé dans les soupes et dans des les potées, dans certains plats « mythiques », comme le navarin d’agneau par exemple et bien sûr on le retrouve dans la cuisine d’ailleur comme dans le coucous.
C’est la racine du navet qui se consomme généralement cuite, est une source de calcium et de fer idéale pour résister à l’hiver.
Le navet possède une légère amertume, quand il a poussé dans de bonnes conditions (terrain riche et humide), il est ferme et peu fibreux… plus il récolté jeune meilleur il est, et plus on prend plus de plaisir à le déguster cuisiné seul, pour lui-même, cuit à la vapeur, glacé au beurre avec une pointe de vinaigre en fin de cuisson…

Nom botanique :

Brassica napus

Type de plante

Légume (racine) – famille des brassicacées

Particularité du navet

• C’est un légume racine
• Il est cultivé presque toute l’année (récolté jusqu’aux gelées)
• Récolté jeune ou en culture conservation

Type de sol

• Le navets apprécient les sols fertiles, riche et humifère. Ils supportent très bien l’eau.
• Il se cultive dans un sol profond.
• Au contraire, il faut éviter de cultiver les navets dans les sols pauvres et calcaires.

Description des navets :

Le navet est peut-être le plus ancien des légumes « racine » ! On trouve des navets de forme et de variétés différentes, comme le navet « boule d’or », le navet classique ou encore le navet allongé.
C’est sa racine charnue qui est consommée. Ses feuilles arrondies sont duveteuses, un peu rêches. Le navet produit des fleurs à 4 pétales « en croix », de couleur jaune pâle.

On le cuisine de 1000 façons : cuit à la vapeur, à l’eau ou encore mais plus rarement à la poêle. La racine du navet se consomme dans les soupes, les ragoûts, sautés et en purée. Vous pouvez allez jeter un oeil à cette recette, où les navets sont cuits à la vapeur puis déglacé au beurre et assaisonné, un régal !

• Il existe les navets longs, il sont entièrement blanc, d’un diamètre de 3 à 5 cm de diamètre et entre 10 et 15 cm de long.
• Les navet courants, charnus, en boule, blanc et violet, récoltés jeunes il seront tendres, au goût doux, récoltés plus à terme, il peuvent mesurer jusque 10 cm de diamètre, parfois un peu plus fibreux, la qualité du sol peut avoir un impact important, généralement ils ont également un goût plus prononcé.
• Le navet boule d’or, tout jaune, très beau, plus difficile à trouver mais excellent et original à la dégustation.

Quelques exemples :

• Navet De Croissy, long, blanc, résistant aux grandes chaleurs, c’est un navet précoce et rustique.
• Milan rouge, légume hâtif, le navet est rond et aplati, il est blanc et  rouge violacé.
• Navet boule d’or, semi-hâtif, il est rond, la peau et la chair sont jaunes, c’est un navet qui se conserve parfaitement l’hiver.
• Le Navet ‘Market Express’ variété naine : c’est un navet rond, blanc, très hâtif : de 1 mois à 50 jours entre les semis et la récolte.

Les semis :

Les semis navets hâtifs :

• Semis sous chassis dès le mois de février
• Utilisez la terre du jardin enrichie de compost (40%)
• Déposez les graines, quelques graines par godets.
• Recouvrez finement de terreau.
• Tassez.
• Éclaircissez lorsque les plants atteignent 5 à 6 cm de hauteur et ne conserver un plants que tous les 10 cm.

Récolte des navets hâtifs :

Elle se fait à partir d’avril à juillet

Les semis des navets en pleine terre :

• Semis de février à août.

Préparation du sol :

• Bêchez-le sur une hauteur d’une bêche, une grosse vingtaine de centimètres. Le sol doit être fertile.
• Un mélange terre du jardin 60%, terreau 40%.
• Mélangez-bien et tassez légèrement.

Semez en pleine :

• Créez un sillon peu profond avec le manche de la bêche.
• Déposez les graines en lignes, pas trop serrées 40 cm.
• Recouvrez les graines avec la terre du sillon de part et d’autre de la ligne.
• Tassez avec le dos du râteau.
• Arrosez.

Éclaississez : quand les plants mesurent 5 cm de hauteur, éclaircissez les lignes en ne laissant qu’une pousse tous les 10 centimètres.

Le conseil du jardinier amateur
Ne replantez pas les plants arrachés car ils repousseront très déformés dans la plupart des cas.

Récolte des semis pleine terre :

• Récolte 6 à 8 semaines après les semis.

Maladies et infestation du navet :

L’altise :

• Cet insecte (petit coléoptère) fait des trous dans les feuilles.
• En prévention : plantez des plantes qui repoussent l’alites, comme l’absinthe ou la menthe.

Piéride du navet :

• Les feuilles du navet sont rongées par une chenille verte grosse de 3 centimètres.
• En prévention : Plantez des fougères à proximité car elle chasse le papillon. Vous pouvez également déposer des branches de fougères sur le sol.

Hernie du navet :

• C’est une maladie qui attaque les jeunes plants généralement dans les sols trop acides, elle déforme les racines et produit des excroissances. Le plus souvent les jeunes plants finissent par mourir.
• En prévention : évitez les composts/fumures mal décomposés et/ou trop frais.
• En traitement : arrachez les plants atteints, procédez à une fertilisation à base de lithothamne.

Mildiou :

• Les feuilles du navet jaunissent. Puis des taches blanches et duveteuses apparaissent.
En prévention : Passez un traitement avec du purin d’ortie ou bien une décoction de prèle.
En traitement : Arrachez et brulez les plants atteints. Traitez le reste des plants à la bouillie bordelaise.

La pourriture :

• Les racines deviennent noir-bleuté, puis sont atteintes de crevasses et pourrissent.
• En prévention : évitez les composts mal décomposés et trop humides.
• En traitement : Arrachez et brulez les plants malades.

En général, lorsque qu’une zone de culture est atteinte pas l’une des maladie, augmentez la durée de rotation pour éviter de subir une nouvelle infection.

La rouille :

• Les feuilles sont boursouflées, avec du blanc.
• En prévention : pulvérisation de bouillie bordelaise et procédez à des fertilisations foliaires à base de lithothamne régulièrement.
• En traitement : Arrachez et brulez les plants malades.

Contre les Limaces et escargots (Mollusques):

En prévention En début de culture :
• Faire des pièges à bière.
• déposez de la cendre de bois non traité entre les lignes et de sciure autour des plants de navets.
• Des granulés avec un répulsif admis en culture biologique existent et sont efficaces.
Autour des plants, posez sur le sol une bande de papier d’aluminium d’au moins 30 cm de largeur pour les repousser.

Mariage au jardin potager :

• Cultivez les navets avec de la chicorée ou des haricots, épinards.
• Cultivez le fenouil avec le navet fait fuir l’altise et la mouche du navet sans doute grâce à son odeur anisée.

Rotation des cultures :

• Cultivez les navets au maximum 3 années de suite
• Culture précédente : sur une parcelle ayant reçut la culture de légume « graines »
• Culture suivante : légumes fruits

 

Exposition
Sol et Arrosage
Taille du plant
• Soleil
• Mi Ombre
• Sol frais et
riche en humus
20 cm
Espace des plants
Profondeur des semis
Période de semis
Période de récolte
10 cm
1cm
Hâtif : fév. à Avril
Cons.: Mars à septembre
environ 6 à 8 semaine

Côté recette ?

• Petits légumes crus-cuits et son veau roulé, avec des navets bien sûr !

Droit d’auteur:
Image du haut : timstirling / 123RF Banque d’images
Image ci dessous : jaime-jardiner.com

recette de petits légumes crues et cuits, glacés au beurre...

2 Comments

  • […] …Navet jaune au Québec, ou chou-navet, et c’est vrai qu’il lui ressemble très fort. Le rutabaga est une plante potagère, un légume-racine de la même famille (brassicassées) que le chou, la roquette, le navet, le raifort ou encore le radis. La racine du rutabaga se cuisine cuite, comme les navets, c’est à  l’anglaise, à la vapeur, à la poêle, au four en gratin, ou encore mijoté. Il nécessite par contre une cuisson quasi deux fois plus longue. Son goût aux saveurs de noisettes est largement apprécié. Il fait parti de ce qu’on désigne aujourd’hui sous le nom de « légumes anciens » comme le panais, la panais… Des légumes qui avaient désertés nos potagers, pour diverses raisons. Depuis quelques années, ils retrouvent une place de choix, pour notre plus grand régal ! […]

Leave a Comment

Captcha-formulaire * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Google+

Les cookies nous servent à mesurer l'audience du site, en continuant vous acceptez que nous les utilisions, merci. Plus d'infos ?

Pourquoi utiliser des cookies ? Ils sont nécessaires au "monitoring" de l'audience, c'est à regarder quelles sont les pages qui ont étées vues. Une fois ces mesures enregistrées, nous sommes en mesure de comprendre ce que vous appréciez sur jaime-jardiner.com et quand à ce que vous n'aimez pas, ça nous permet de le savoir et de retravailler ces contenus. En gros, ils nous servent à améliorer votre expérience utilisateur sur j'aime-jardiner.com

Fermer la fenêtre !