Céleri-Rave comment le cultiver ?

Céleri Rave

Nom botanique :

Apium Graveolens

Le celeri-rave…

On ne peut pas dire qu’on soit séduit au premier abord par ce légume… Comme ça en le regardant le céleri : souvent difforme, terreux, abimé, blanc sale – on se demande, si on va se régaler. Tiens et si je me faisais un petit céleri-rave ce midi… C’est vrai. Chez moi d’ailleurs, ma mère n’en cuisinait pas sauf dans la soupe, pour remplir le pot, mais franchement son goût était assez dilué.

Type de plante

Type : Cultivé en annuel

• Rythme : Bisannuelle

Famille : Apiacé ombéllifère

Enracinement : Racine

Origine : Europe méridionale, et Asie Occidentale

Particularité

• Excellet contre les rhumatismes
• Aphrodisiaque, apéritif, digestif.
Vitamine : A, B, C et PP
• Les fleurs du céleri-rave sont hermaphrodites

Description.

• C’est une plante potagère herbacée. Ses feuilles, pas consommées, plus amères que celles de son cousin le céleri à côte, trône à 60 cm de hauteur.
• Le céleri rave est cultivé pour sa racine. Elle peut être grosse jusqu’à 20 cm de diamètre.

Comment semer le céleri-rave.

• À partir de février sous abri chauffé et en godets ou en caissette sur terre chaude.
• En pépinière, à partir du mois d’avril, la terre à 16°C minimum.
• Semez les graines en surface, sur du terreau et recouvrez-les légèrement.
• Eclaircissez les pousses quand elles possèdent 2 feuilles.
• Eclaircissez-les une deuxième fois quand elles possèdent 4 feuilles. Pour cette étape, il est conseillé de les replanter, en les espaçant de 10 cm en tout sens pour les caissettes ou en utilisant un godet de plus grande taille. Il faut également couper l’extrémité des radicelles comme celle de la racine principale.

Quand planter le celeri-rave

• En fin mai et en juin, c’est en général à cette période que les plants son prêts à être repiqués.

Comment planter le celeri-rave

Préparez le sol :
• Mélanger la terre du jardin avec un apport en terreau important (50%)
• Bien retirer tous les cailloux de la terre.
• Arroser très fortement.
Plantez : 
• Repiquez les plant de céleri-rave en prenant soin d’espacer les plants de 30 à 40 centimètres en tout sens.

Jardiner avec la lune

• Semez une montante.
• Repiquez le céleri lune descendante, jour graines et fruits.

Entretien :

Sarclage et binage régulier.
• Pailler pendant l’été de manière à garder la terre fraiche.

Récoltez :

• Arrachez les racines du céleri-rave avec l’arrivée des gelées.
• Nettoyez-les et laissez-les ressuyer sur place au moins un journée.
• Coupez les feuilles et les radicelles.
• Laissez-les sécher cous abri.
• Conservez-les dans un endroit au sec.

L’info du jardinier

Type de sol : humifère,profond et meuble.
Le sol doit être nettoyé des cailloux et des pierres de façon à ce que la racine se développe le mieux possible.
Exposition : soleil au printemps et ombragée en été (d’où l’importance du paillage).
Arrosage : en cas de sécheresse
Période de récolte : 6 mois après floraison. La récolte peu se faire jusque la fin de l’année en hiver avant les gelées.

Les associations au potager :

L’art de faire pousser ensembles des légumes qui s’entendent bien. Le céleri n’échappe pas à la règle. Certaines cultures lui sont favorables et à l’inverse d’autres association de légumes lui sont « nuisibles ».
Ces associations sont avant tout une question de proximité. C’est à dire que des légumes qui vont bien ensembles se retrouveront plantés dans des rangs ou des zones du potager proches, par exemple une alternance de rangs.

Associations favorables :

• Au potager le céleri-rave apprécie la proximité de plants de betterave, chou, cucurbitacée citrouille ou potiron…, haricot, poireau, poirée, pois, tomates.

Associations défavorables :

• Au contraire, le céleri doit être éloigné des rangs des laitues, du mais ou du persil.

Maladies et parasites  :

Le mildiou du céleri-rave :

• Description : les feuilles des plants jaunissent, puis un duvet ou poudre blanche apparait, puis les feuilles brunissent et sèchent.
• Traitement : appliquez dès le début de la constatation, de la bouillie bordelaise en pulvérisation. Pour les jeunes plans cultivés sous chassis, aérez et stoppez l’arrosage. Retirez les plants déjà fortement atteint.

La pourriture de la racine du céleri-rave :

• Description : la racine, c’est à dire la partie que nous consommons elle est parfois aussi appelée « pomme »,se recouvre d’un épais duvet blanc.
Traitement  : En prévention, essuyez très précautionneusement les racines (boule de céleri) lors de la mise en conservation. Il sera peut-être nécessaire de pratiquer un habillage*, après l’opération poudrer de lithothamne (pourdre à base d’algue)

(*supprimer les parties fortement atteintes) 

La pourriture de la rouille du céleri-rave :

• Description : La croissance de la plante s’arrête, les feuilles et les tiges du céleri brunissent. Ce phénomène ou cette maladie peut se produire lors d’évènements météorologiques particuliers, trop de pluie, ou bien, chute très brutale des températures.
• Traitement préventif : cure régulière de fertilisations foliaires à base de lithothamme en alternance avec de la décoction de prèle.
• Traitement : Bouillie bordelaise.

La mouche du céleri :

• Description : les larves de la mouche du céleri mangent les feuilles et creusent des galerie dans les tiges. Les feuilles se « boursoufflent », jaunissent, sèchent et meurent.
• Traitement préventif : procédez à un poudrage foliaire à base de poudre de lithothamme.
• Traitement  : pulvérisez les plantes avec un insecticide BIO. Si seules les feuilles sont atteintes, coupez les. Parfois il est nécessaires de retirer complètement la plante. Brulez-les pour éviter une autre contamination.

Limaces, escargots… :

• Description : Ils dévorent feuilles et racine par temps humide ou bien la nuit avec la rosée. Ils laissent des traces brillante de leur passage….
• Traitement  préventif : faire des pièges à Limace,… voir ici quelques méthodes contre les limaces

Une petite histoire de Céleri… et d’internat !

Et puis un jour, jeune « padawan » de 14-15 ans, l’internat…
C’est drôle, mais au lycée Baggio de Lille, quand je suis arrivé à l’internat, je m’en souviens encore, c’était une fin d’après midi. Mon oncle (salut Michel) m’y avait déposé, il m’avait même accompagné jusqu’à mon « emplacement », un lit et une armoire, au milieu de 50 autres lits et 50 autres armoires.

Il m’avait aidé à faire mon lit, puis il était parti. Je n’avais pas trouvé les lieux accueillants. Au mieux je les trouvais vétustes, au pire… immondes, surtout en ce qui concernait les douches. À cette époque l’internat était situé sous les toits au 4ème étage quant aux douches, elles étaient à la cave, au -1, à l’exact opposé du bâtiment, elles était noires : crasseuses, abimées voire cassées, venteuses… Pour s’y rendre il fallait prendre de longs couloirs, le long des salles de classe, et aussi un certain nombre d’escaliers. Les vitres cassées laisser passer l’air et le souffle provoquait un sifflement parfois strident. Des Les couloirs n’étaient éclairés que par les lumières de sorties de secours situées juste au fessu de portes coupe-feu, sans les vitres, donc plus coupe feu du tout… Aller au douche était une aventure aussi stressante que les meilleurs films d’horreur.

Et le céleri ? Vous demandez-vous, il arrive !
Le premier soir, à la cave, c’est là qu’était la cantine : au -1 aussi, mais pas au même endroit que les douches je vous rassure. Des tables de 10 personnes, bien alignées,  j’ai pas connu la prison mais, sur le coup, ça m’y a fait pensé. La couleur des murs, le mobilier soudé au sol, la tête du cuisinier tatoué « A maman »et l’air patibulaire (que ça), Les tables étaient prêtes, et l’entrée dans des gros saladiers en inox déposés au bord de toutes les tables, l’un rempli de carotte rapée, l’autre du céleri rémoulade. Généralement, il y a toujours un gros balèse qui fait sa loi, et quand il y en a pour les autres… Il en a surtout pour lui ! Bon finalement, c’était un gros balèse sympa. Et le céleri rémoulade, du céleri mélangé à de la mayonnaise, à l’époque dans les cantine, le repas était encore préparé sur place, finalement, j’ai pu en avoir, et même si c’est pas le meilleur que j’ai mangé, je dois dire que je l’avais apprécié. Ça m’avait sans doute un peu rassuré… Rémoulade quand tu nous tiens !
A ma table il y avait un garçon, Larbi, dont j’ai fait la connaissance, il venait de Valenciennes, un type sympathique, drôle et intelligent. Je ne sais pas où il est aujourd’hui, mais on a été ami pendant quelques années ! Salut Larbi !

Recap Pivoine
On récapitule

 

• Type de sol : Humifère, léger et frais

• Semis : Lune croissante, jour racine, dès le mois de février sous abri.

• Plantation :  Lune décroissante, vers mai juin

• Entretien : sarclez, binez et arrosez si sécheresse.

• Récolte : jusque en fin d’automne, avant les grands froids.

Exposition
Sol –
arosage
Haut. et
Largeur
Dist.
plantation
récolte
Exposition
Arrosage
Hauteur et largeur
espace entre plants
Profondeur de plantation
Semis : Soleil
En terre, mi-ombre,
ou paillage
frais,
humifère
0,6 à 0,8
Tous les
40cm
6 à 7  mois
après floraison.
Summary
Article Name
Comment cultiver le céleri-rave
Description
Toutes les informations pour cultiver le céleri-rave au potager, quel sol, quand faire les semis, quand repiquer, quel entretien.... Quelles plantes cultiver à proximité pour améliorer la récolte....
Author
Publisher Name
Jaime-jardiner.com
Publisher Logo

2 Comments

Leave a Comment

Captcha-formulaire * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Google+

Les cookies nous servent à mesurer l'audience du site, en continuant vous acceptez que nous les utilisions, merci. Plus d'infos ?

Pourquoi utiliser des cookies ? Ils sont nécessaires au "monitoring" de l'audience, c'est à regarder quelles sont les pages qui ont étées vues. Une fois ces mesures enregistrées, nous sommes en mesure de comprendre ce que vous appréciez sur jaime-jardiner.com et quand à ce que vous n'aimez pas, ça nous permet de le savoir et de retravailler ces contenus. En gros, ils nous servent à améliorer votre expérience utilisateur sur j'aime-jardiner.com

Fermer la fenêtre !